MENU

Pour me contacter : christian.bry@laposte.net

La tique

Les Ixodida, appelées couramment tiques, sont un ordre d'arachnides acariens.

Elles passent une partie de leur cycle au sol, et une autre partie ancrées sur la peau de mammifères, d'oiseaux ou de reptiles, se nourrissant de leur sang grâce à un rostre.

Elles peuvent à cette occasion transmettre à leurs hôtes de nombreux agents pathogènes connus responsables des maladies vectorielles à tiques (voir maladie de Lyme).

L'homme peut développer des allergies à leur salive.

Ce sont surtout les femelles adultes nourries qui sont les plus repérables, car bien plus grosses que les autres.

À titre d'exemple, on a pesé sur une balance de précision une femelle de la tique avant et après son repas final.
Elle était 624 fois plus lourde après son repas qu'avant ; pour un être humain, ce serait comme de passer de 60 kg à 37 tonnes.

Contrairement à ce qui a longtemps été colporté, les tiques ne tombent pas des arbres, la proximité avec le sol, pour des raisons de réhydratation, étant essentielle.
On les trouve en grand nombre autour des points d'eau, ou de zones d'ombre, ou de regroupement ou passage d'animaux.

Les tiques existent depuis plus de 140 millions d'années.

Les tiques sont nettement plus présentes dans les régions où les sangliers, cervidés ou souris à pattes blanches sont très présents, en l'absence de leurs prédateurs naturels ou d'une régulation par la chasse insuffisante.

La meilleure façon de prévenir les maladies portées par la tique est d'éviter la piqûre.
Une inspection soigneuse du corps après les promenades permet de détecter et enlever les tiques avant qu'elles aient eu le temps de transmettre la maladie de Lyme.

À l'extérieur, il est conseillé lorsque l'on va en forêt ou dans les champs de porter des vêtements clairs qui couvrent la peau pour localiser les tiques plus facilement,de porter des chaussures montantes,de porter des chaussettes anti-tiques, d'utiliser des répulsifs (ou insectifuges) à base de DEET ou du Bayrepel (plus récent que le DEET, et efficace durant 4 heures contre les tiques et 8 heures contre les moustiques et les taons). Se débarrasser rapidement des tiques trouvées sur les vêtements.

Au retour, examiner attentivement toutes les parties du corps pour y dépister les tiques éventuellement fixées à la peau puis se doucher et se changer est conseillé.

Inspecter les animaux au retour d'une sortie.

En cas de morsure :

Retrait sécurisé d'une tique à l'aide d'un « tire tique »
Si la tique est découverte, il faut la retirer au plus vite car le risque de contamination augmente avec la durée du contact.

On estime que le risque est élevé quand la tique reste plus de 4 heures fixée sur la peau.

L'idéal est de disposer d'un crochet à tiques (vendu en pharmacie, chez les vétérinaires, etc.).
Il faut saisir la tique au plus près de la peau à l'aide du crochet puis tourner lentement sans tirer jusqu'à ce que la tique se décroche.
Si l'on ne dispose pas de crochet à tiques, on peut utiliser une pince à épiler en la saisissant au plus près des pièces buccales puis en tirant sans tordre.

En l'absence de pinces, on peut utiliser ses doigts (impérativement gantés pour éviter le contact avec le sang de la tique qui peut être contaminant).

L'important est de retirer la tique le plus rapidement possible.

Le rostre d'une tique qui est planté dans la peau est entièrement recouvert d'épines.
Lorsqu'on utilise une autre technique que le crochet à tiques, ces épines peuvent se redresser et retenir le rostre qui risque de se casser à sa base et de rester dans la peau, ce qui peut être à l'origine d'une infection, et causer douleur et inflammation (nodule persistant après retrait).

Cependant aucune transmission d'agents pathogènes n'est à craindre car ceux-ci sont situés dans l'abdomen.
Si on tourne le corps de la tique avec un crochet prévu à cet effet, les épines reviennent autour de l'axe de rotation, et le rostre est extrait de la peau.

Il est essentiel de ne pas comprimer l'abdomen de la tique à l'occasion de son retrait, pour minimiser le risque de régurgitation de salive ; ce reflux salivaire dans la peau peut être à l'origine de phénomènes allergiques et de la transmission des micro-organismes dont les tiques peuvent être les vecteurs.

Pour la même raison, il est déconseillé d'appliquer tout produit (éther, alcool, huile...).
En effet, en se sentant agressée, la tique risque de régurgiter et d'envoyer ses microbes dans l'hôte qui l'héberge.

Les crochets à tiques viennent au contact du corps de la tique sans y exercer de pression excessive.

Une fois la tique retirée, ne pas oublier de bien désinfecter.

Surveiller attentivement la plaie pendant trois semaines.

Consultez un médecin si vous avez une auréole rouge qui évolue (érythème migrant) ou que vous ressentez un état grippal.

Sources Wikipédia