MENU

Pour me contacter : christian.bry@laposte.net

Le chêne

Certaines espèces atteignent une taille maximale de 50 m (chêne sessile), d'autres prennent la forme de grands arbustes (chêne vert), ou d'arbrisseaux (chêne kermès).
Son tronc peut atteindre 2 m de diamètre.

Les feuilles sont caduques,simples et alternes. Le bord des feuilles est lobé, denté ou entier.

Son écorce est lisse et claire chez l'arbre jeune, elle devient foncée et grise chez l'adulte et se creuse de profonds sillons longitudinaux.

Les fleurs mâles sont des chatons qui apparaissent au printemps en même temps que l'apparition des feuilles , les femelles sont isolées ou réunies en petits épis dressés. Elle portent 6 à 8 étamines.

Le fruit est appelé gland, il est fixé dans une structure appelée cupule ; chaque gland contient une graine (rarement deux ou trois) et met pour mûrir 6 à 18 mois selon l'espèce.
Le gland du chêne pédonculé possède un long pédoncule alors que le gland du chêne sessile possède un pédoncule court.

Les glands peuvent être consommée par les humains,ils peuvent servir pour faire de la farine, ou bien grillés comme substitut de grains de café. Les glands sont aussi mangés par les animaux sauvages ou domestiques : les écureuils, les cerfs, les sangliers qui en sont très friands. Toutefois, ils sont nocifs pour les équidés.

Au Moyen Age, en octobre, les enfants allaient faire « la glandée » qui consistait à emmener les cochons en forêt pour qu'ils se nourrissent des glands tombés à terre..

Le chêne est l'arbre le plus répandu en France, avant le pin. Il représente 40 % des essences, feuillus et conifères confondus

On appelle noix de galle (ou galle du chêne) l'excroissance provoquée sur les feuilles de certains chênes par des piqûres d'un insecte, le cynips.

Les galles de chênes ont longtemps été utilisées comme ingrédient principal pour fabriquer l'encre métallo-gallique (1), récoltées à une période précise de l'année.

(1) Encre noire fabriquée à partir de sels métalliques et de tanins d’origine végétale.
On parle d’encre ferrique, ferro-gallique ou métallo-gallique.
C’est l’encre la plus utilisée en Europe entre les XIIe et XIXe siècles.
Les dégradations irréversibles du papier dues à cette encre corrosive pose d'importants problèmes de conservation.

Sources Wikipédia