MENU

Pour me contacter : christian.bry@laposte.net

Le renard

Le Renard roux ou Renard commun, est l'espèce de renard la plus répandue en Eurasie, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Australie. C'est un des mammifères les plus répandus de la planète.

C'est un mammifère au pelage roux marqué de blanc sous le ventre et la gorge, au museau pointu, aux oreilles droites et à la queue touffue.

L'espèce est classée dans l'ordre des carnivores mais il a un régime alimentaire omnivore à prédominance carnivore et se nourrit surtout de rongeurs et de lapins mais aussi d'insectes, de poissons ou de fruits comme les myrtilles, les mûres, les framboises, les cerises, les pommes, les prunes, les raisins et les glands.Ils mangent aussi occasionnellement de l’herbe et des tubercules.

Le Renard roux est opportuniste et adapte son alimentation à la saison et à l'accessibilité de la nourriture. Ainsi, il mange des rongeurs au printemps, des cerises en juin-juillet, un grand nombre de criquets et coléoptères, mange des champignons en automne, et se contente souvent de charognes. C'est certainement cet opportunisme qui lui a permis de s'imposer sur une si large aire géographique.

Il a un estomac de faible capacité en comparaison de sa taille, et il doit donc avoir des prises alimentaires fréquentes ; il passe environ le tiers de son temps à chasser..

Le Renard roux se reproduit en février pour une mise bas de mars à mai. Celle-ci s'effectue à l'abri d'un terrier qui est rarement creusé par le renard lui-même.Avant la mise bas, le couple visite plusieurs terriers avant de choisir celui qui lui convient le mieux.
Il utilise généralement un terrier de blaireau, de lapin de garenne, ou une cavité naturelle dans des rochers ou des souches.

Il doit ainsi souvent partager ce terrier avec d'autres animaux. Il cohabite avec le lapin de garenne sans mettre celui-ci en danger, puisqu'il ne chasse généralement pas à proximité directe de son terrier, le reste de l'année le renard vit presque exclusivement au grand air.

Durant les deux premières semaines le mâle se charge exclusivement de chercher de la nourriture. Il n'est toutefois pas toléré dans le terrier durant cette phase et dépose les proies qu'il collecte à l'entrée.

En moyenne, chaque femelle met au monde quatre à six petits, mais dans des situations plus exceptionnelles la taille de la portée peut varier d'un à douze.

Les petits renards naissent aveugles et sourds et ont un pelage sombre, avec la pointe de la queue blanche. Ils pèsent entre 85 et 125 grammes à la naissance.

Les petits commencent à sortir du terrier au bout de quatre semaines, sont sevrés à neuf semaines, et après avoir passé l'été avec leurs parents, ils se dispersent pour gagner un nouveau territoire à l'automne.

L'homme le chasse pour sa fourrure et aussi parce que le renard est un des vecteurs de la rage et de l'échinococcose alvéolaire (1), mais une campagne de vaccination anti-rabique a rapidement permis d'éradiquer la rage d'Europe de l'Ouest.

L'ossature du Renard roux est remarquable pour sa légèreté et l'animal est nettement plus léger qu’un chien ou un coyote de sa taille. Ces os moins denses lui donnent un avantage important pour courir.

En moyenne, les adultes mesurent 35 à 40 cm de haut au garrot et 58 à 90 cm de long sans la queue qui mesure elle entre 32 et 49 cm.Les Renards roux pèsent en moyenne 7 kg pour un mâle adulte, les femelles étant généralement 15 à 20 % moins lourdes que les mâles. Le poids varie suivant les sous-espèces et suivant les individus, mais également pour un même animal suivant son âge et suivant la saison : le renard prend progressivement du poids au cours de ces cinq premières années, en perd en mars avril et atteint un maximum durant l'hiver.

Sa queue représente généralement 70 % de la taille de son corps. Elle se termine par une petite touffe de poils blancs. Elle sert à l'animal de balancier et lui tient chaud quand il dort et qu'il s'en enveloppe.

Quand il chasse de petits rongeurs, il emploie une technique bien particulière appelée mulotage. Il repère tout d’abord sa proie au bruit et s'en approche lentement, sans faire le moindre bruit. Une fois la proie bien repérée et à portée, il se met en position, pattes antérieures tendues et pattes postérieures fléchies et oreilles orientées vers la proie, puis bondit en l’air pour retomber sur sa proie, pouvant être située jusqu’à 5 m de lui. Celle-ci est alors tuée sur le coup d'une morsure à la nuque. Seuls un saut sur cinq est couronné de succès. Pour ses autres proies, il utilise la technique de chasse à l'affût. Le renard peut également employer la ruse pour arriver à ses fins, en faisant le mort pour attraper un corbeau par exemple. Au cours de sa chasse, il collecte également des végétaux, ramassant les fruits tombés au sol ou les cueillant même sur les branches les plus basses.

La vision du renard est plutôt sensible aux mouvements, et il a des difficultés à percevoir un individu parfaitement immobile et il ne voit pas la couleur orange. En revanche, il a une très bonne vision de près, et est capable de voir la nuit.

Il utilise toutefois principalement ses autres sens une fois la nuit tombée. Son ouïe est extrêmement sensible et son odorat est également très performant. Le toucher des renards est grandement amélioré par ses vibrisses (2). Les plus longues d'entre elles sont situées au niveau de la moustache, de chaque côté du museau, et peuvent atteindre 11 cm, et les autres sont situées sous le menton. À la base de chacune de ces vibrisses se trouve un récepteur nerveux très sensible. Elles aident certainement l'animal à se déplacer dans son terrier ou dans une végétation dense la nuit. Elles sont complétées par d'autres poils tactiles situés tout autour de la face et sur les membres antérieurs.

Le Renard roux est par ailleurs doué d'un bon sens de l'orientation.

En captivité le renard peut atteindre 14 à 15 ans d'âge, mais c'est loin d'être le cas dans la nature, où il ne vit que rarement plus de deux à cinq ans.

(1) L'échinococcose alvéolaire - Maladie provoquée par un ver plat .
Chez l'homme, les œufs ingérés se transforment en larves qui vont coloniser le foie et former une pseudo-tumeur au bout de plusieurs années. Les larves peuvent exceptionnellement également atteindre d'autres organes comme les poumons ou le cerveau. Curieusement les enfants semblent épargnés par cette maladie alors que ce sont ceux qui portent le plus les mains à la bouche et se font lécher par les chiens et chats. Leur système immunitaire semble facilement se débarrasser des échinocoques.


(2) Vibrisses :
Organes sensoriels propres à certains animaux, dont les mammifères.
Il s'agit de longs prolongements kératinés (poils chez les mammifères, plumes chez les oiseaux) qui transmettent leurs vibrations à un organe sensoriel situé à leur base.

Sources Wikipédia